Le Beaujolais : Géoparc mondial UNESCO

500 millions d’années à explorer !

Connu dans le monde entier pour ses vins, le Beaujolais a hérité d’une des géologies les plus riches et complexes de France et, par certains aspects, de la Terre !
C’est pour valoriser ce patrimoine exceptionnel que le Beaujolais est labellisé Géoparc mondial UNESCO depuis 2018.

La diversité des sous-sols, les paysages et les reliefs que nous connaissons aujourd’hui sont nés de la convergence de nombreux phénomènes géologiques, durant plus de 500 millions d’années.
Imaginez que le Beaujolais concentre des roches provenant à la fois d’un archipel volcanique, d’un massif montagneux, d’une plaine désertique ou encore d’une mer tropicale !

En 2021, on dénombre 171 géoparcs dans le monde, dont 81 géoparcs en Europe et 7 en France.
Le label Géoparc mondial UNESCO est décerné aux territoires présentant un patrimoine géologique d’intérêt international et une volonté de le préserver et de le valoriser tout en sensibilisant les publics.

Dans le Géoparc mondial UNESCO du Beaujolais, vous êtes invités à découvrir une histoire de 500 millions d’années qui a laissé son empreinte dans la diversité des paysages, des milieux naturels, des patrimoines géologiques et culturels, jusque dans la convivialité de ses habitants.

 

Quelques géosites en Beaujolais Vert

Partez à la découverte des géosites, ces lieux qui révèlent toute la richesse du Géoparc Beaujolais !

Un géosite est un lieu qui permet d’observer un ou plusieurs objets ou phénomènes géologiques remarquables, qui reflètent l’histoire géologique, les événements ou les processus qui l’ont créé.

 Le Lac des Sapins

Plan d’eau artificiel et site touristique majeur de Rhône-Alpes, le Lac des Sapins comprend un plan d’eau de 38 hectares, des forêts, des parcelles agricoles et des zones humides réparties sur environ 70 hectares.

Au milieu de cet environnement rural, le Lac des Sapins s’est doté de nombreuses activités de plein air (parc aventure dans les arbres, centre équestre, etc.), de restauration (snacks et auberge paysanne) et d’hébergement (gîte de groupe, camping quatre étoiles, village de cabanes dans les arbres). En 2012, le Lac des Sapins a ouvert la plus grande baignade biologique d’Europe (8000 m²).

En plus de ces activités, le lac est le lieu de multiples animations tout au long de l’année. Des événements sportifs comme le Triathlon du Lac des Sapins, des concerts, des spectacles sons et lumières, etc.

est un lieu qui permet d’observer un ou plusieurs objets ou phénomènes géologiques remarquables, qui reflètent l’histoire géologique, les événements ou les processus qui l’ont créé.

Le Mont Tourvéon

Le point le plus élevé du village est le Mont Tourvéon (953 m d’altitude). Il est le balcon de la Haute Vallée d’Azergues et le lieu de la légende de Ganelon.

 La Roche d’Ajoux

 

 

La Roche d’Ajoux est un ancien lieu celtique où aurait existé un temple de Jupiter, son nom vient en effet d’ara jovis, l’autel de Jupiter. Troisième plus haut sommet du Beaujolais, elle se démarque des autres monts par l’absence de forêt sur sa partie sommitale (affleurement de roches volcaniques du Carbonifère (350 – 325 Ma)).
Cette particularité lui vaut d’avoir le plus beau panorama du territoire, avec comme toile de fond les Alpes.

Partie intégrante du massif du Saint-Rigaud, de nombreux chemins (qui passent pour certains à la roche) permettent la pratique de la randonnée pédestre et du VTT, au sein d’une nature préservée. Le GR7 (sentier de Grande Randonnée qui suit approximativement la ligne de partage des eaux entre les versants mer méditerranée et mer du Nord-Manche-Atlantique) passe au pied de la roche.

Le quartier Déchelette

 

Le site se trouve dans une partie assez large de la vallée du Reins, propice à l’installation d’un complexe industriel. Le Reins est une source d’énergie hydraulique, avec de l’eau relativement abondante et un dénivelé assez important entre sa source à 770 m d’altitude, et Amplepuis autour de 400 m à cet endroit. La famille Déchelette, installée à Montagny dès le XVIIème siècle, tisse et fait le commerce de toiles. L’usine est construite en 1872 et la production démarre l’année suivante. On tisse des cotonnades, dont le « Vichy » et le « Zéphyr ». L’entreprise est prospère jusqu’à la fin des années 60, vendue en 1967 au groupe DMC.

De nombreux éléments sont caractéristiques de la vie ouvrière à cette époque. Une cloche sur le toit, qui existe toujours, appelle les travailleurs, une chapelle, une école. Pour les constructions on utilise les matériaux caractéristiques de la région, microgranite rose et pierre calcaire.

Source : GRAHA

Ecomusée du Haut Beaujolais

 

Installé dans une ancienne manufacture de couvertures et molletons du 19e siècle, l’Ecomusée est un témoin majeur de l’activité industrielle textile du territoire. Près de 1500 objets ont été collectés et pas moins de 8 expositions se sont succédés depuis la création du musée (1998).

Actuellement en cours de rénovation, la Manufacture proposera lors de sa réouverture la découverte d’un territoire textile en évolution, racontée en quatre étapes. Une introduction du territoire Haut-Beaujolais, son industrialisation, la fabrication de la couverture et le travail en usine, l’atelier du façonnier et le travail à domicile.

activités & événements du geoparc beaujolais

Micro-aventures

Les micro-aventures du Géoparc Beaujolais vous guident au cœur de grands espaces, sur les chemins de randonnée et à la rencontre de productrices et producteurs locaux.

–  Lac des Sapins

– Quartier Déchelette

 

Partagez le Beaujolais Vert !
0

Votre panier est vide.